Université de Bandundu
UNIBAND, Aller de l'Avant!
 
RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE 
DU CONGO
MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT
SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE

UNIVERSITÉ DE BANDUNDU

TÉL. 0024 3 89 99 34 9 66
info@uniband.org
B.P. 548
BANDUNDU-VILLE
LE BANDUNDU DOTÉ D’UN CENTRE DE LECTURE ET D’ANIMATION CULTURELLE
Vign_bandunduville
Bandundu 21 septembre 2011
Par Albert tshiambi

Le premier CLAC de la République démocratique du Congo vient d’être implanté dans la province du Bandundu. Son inauguration officielle est intervenue, le samedi 17 septembre, en présence du vice-Premier ministre en charge des Postes et Nouvelles technologies de la communication.

La province du Bandundu vient de bénéficier d’un Centre de lecture et d’animation culturelle (CLAC). Fruit de l’Organisation internationale de la Francophonie, OIF, ce CLAC a été inauguré officiellement, le samedi 17 septembre, dans la commune de Basoko. Témoin de l’événement : le vice-Premier ministre en charge des Postes et Nouvelles technologies de la communication, Louis-Alphonse Koyagialo.

La ministre de la Culture et des Arts et son collègue de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, ont participé à cette cérémonie. On a également noté la présence de la représentante du chef de l’Etat au conseil permanent de la Francophonie, Mme Isabel Tshombe, du commissaire général du Comité national d’organisation du 14ème sommet de la Francophonie, Isidore Ndaywel et du délégué général à la Francophonie pour la RDC, Didier Mwewa wa Mwewa. Sans oublier le gouverneur intérimaire, la maire de Bandundu et tant d’autres personnalités locales.

A ce cette cérémonie, l’OIF a été représentée par son administrateur Clément Duhaime qu’accompagnait Eric Weber, responsable du programme de Centres de lecture et d’animation culturelle.

Le vice-Premier ministre chargé des Postes et Nouvelles technologies de la communication a, dans son adresse de circonstance, indiqué : « Le CLAC constitue un véritable outil de promotion de lecture publique et d’épanouissement culturel d’un peuple ». Avant de noter que l’accès à la lecture publique sera un atout majeur pour la RDC qui se libère de l’analphabétisme. Et de déclarer : « La République démocratique du Congo se félicite de l’attention particulière accordée par les responsables de l’OIF à notre pays pour son développement intégral ».

Un rêve devenu une réalité

De son côté, l’administrateur de l’OIF a exprimé sa satisfaction quant à la concrétisation de ce programme en RDC. Ce projet qui vise l’implantation de 300 centres de lecture et d’animation culturelle dans 20 pays francophones permet, selon Clément Duhaime, à des millions des jeunes à accéder à la lecture publique et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est pour ainsi dire que le CLAC ont un avantage, celui de « permettre aux jeunes, hommes et femmes d’accéder à la connaissance et au savoir afin de construire un monde de paix, de justice et de solidarité ».

Mme Jeannette Kavira, ministre de la Culture et des Arts a, pour sa part, déclaré : « La matérialisation de ce programme prouve à suffisance que la coopération culturelle entre la RDC et l’OIF est au beau fixe ». A en croire Mme la ministre, le CLAC est un lieu d’échanges culturels qui permet à la population d’acquérir le goût de la culture afin d’être à l’abri de l’analphabétisme. Et d’ajouter que 14 autres CLAC seront bientôt ouverts dans d’autres localités du pays.

Auparavant, le gouverneur intérimaire de la province du Bandundu, Vicky Mboso, a apprécié à juste titre, l’implantation de ce centre dans un milieu qui, jusque-là était presque dépourvu de bibliothèques.

Quant à la maire de Bandundu, Mme Catherine Lusambo, elle a invité la population de la province à utiliser à bon escient ce chef-d’œuvre que la ville vient d’acquérir.

A noter que le programme CLAC est le fruit de la coopération multilatérale entre la RDC et l’OIF. L’un de ses objectifs est « de favoriser le désenclavement des communautés en y créant des structures d’accès aux livres et autres moyens actuels d’information ».

Après l’étape de Bandundu, l’administrateur de l’OIF, Clément Duhaime, a animé le même jour à l’hôtel Memling de Kinshasa, une conférence de presse. Objectif visé : expliquer à ses interlocuteurs, le bien-fondé de l’implantation des CLAC dans les pays francophones.

Saisissant cette opportunité, Clément Duhaime a indiqué que le but de sa visite en RDC était de s’enquérir d’un certain nombre d’activités liées à la tenue du 12ème sommet de la Francophonie prévu en 2012 à Kinshasa, capitale de la RDC.
Une nouvelle banque commerciale à Bandundu-Ville.
Vign_bmt
Depuis la fermeture de la succursale de l’ancienne Banque commerciale du Zaïre, la ville de Bandundu était privée d’institution bancaire privée. Seule la Banque centrale et quelques caisses d’épargne avaient pris la relève pour organiser tant bien que mal le secteur. Depuis quelques mois, le vide a été comblé : une banque commerciale dénommée Trust Merchant Bank, TMB en sigle, s’est implantée dans le bâtiment même où l’ancienne banque commerciale avait son siège, non loin du port de Nganambo. Grâce aux services de cette banque, il est désormais possible de retirer de l’argent à Bandundu-Ville à l’aide de sa carte de crédit Visa ou MasterCard. Partenaire de Western Union, la TMB offre également la possibilité d’envoyer ou de recevoir de l’argent vers ou à partir de n’importe quel coin du monde. La TMB est active dans de nombreux secteurs du marché bancaire local, notamment dans les services offerts aux particuliers, aux entreprises et aux PME. Elle est également active dans le secteur de la microfinance.
Les clients ont le loisir d’ouvrir leur compte soit en franc congolais, soit en dollar, soit encore en euro.

René Ngambele Nsasay
© UNIBAND, la dernière mise à jour, février 2014